A PROPOS DE ROLLIN

1934: ROLLIN expose à New york

Parce qu'il croyait fermement que le mobilier français devait être démocratisé, qu'il pouvait être produit à un coût qui le rende accessible aux gens qui achetaient jusque-là des copies médiocres, Rollin décida de vendre ses réalisations à New York. Il est certain que son mariage et sa double nationalité franco-américaine lui ouvrirent beaucoup de portes et lui permirent de faire valoir non seulement son talent mais aussi l'art moderne français, en créant un pont entre les deux cultures. Il trouva un concours total auprès de la firme W. and J. Sloane sur la 5ème avenue, qui mit à sa disposition 4 grands salons pour une exposition permanente de mobilier. Sur Long Island, il créa un atelier important équipé de machines très modernes pour un production en série. Il put y former des ébénistes à la fabrication de pièces très spécifiques et lancer une production sous le label "Company of Master Craftsmen". Le projet rencontra un succès considérable. Il déclara qu'il déplorait les changements de mode en matière de décoration intérieure : "car la mode changeant constamment, il sera éternellement obligatoire d'acheter bon marché, d'acheter de la mauvaise qualité". Un reporter New yorkais écrivait que Rollin ne suivait pas l'esthétique du soi-disant Style International : "c'est un Français indépendant, un artiste-décorateur". Encouragé par ses ventes aux Etats Unis, Rollin invita d'autres créateurs français à industrialiser leurs productions en France.

LUCIEN ROLLIN 1906-1993

COPYRIGHT - 2000-2019 - ALL RIGHTS RESERVED - DESIGN : Vincent Bonneyrat-Rollin